23/05/2016

Pampers lance son application de fidélisation et vous offre des couches pour fêter ça {concours inside}

Cela va bientôt faire 5 ans que j'achète des couches. Et oui, avoir des rapprochées, c'est s'habituer (ou ne pas se déshabituer au choix :-) à avoir des couches dans son caddy à portée de main tout le temps ! Et forcément, dans le choix, on se retrouve tout de même souvent avec des Pampers (enfin en tout cas c'est mon cas).

Qu'il s'agisse de cette marque ou d'une autre, le budget couches est considérable. Je m'étais "amusé" (oui certains ne trouveront pas ça drôle du tout :-) grâce à mon application à mesurer le nombre de couches consommées sur une année. Au final, et en faisant un prix moyens de 30 cts par couche (et ce uniquement en ne les achetant qu'en promotion), j'étais arrivé à un budget total annuel d'environ 500 euros ! Ce qui n'est pas rien, notamment pour les petits budgets.


Pampers l'a bien compris et a donc décidé de récompenser la fidélité de ses clients, comme toute grande marque qui se respecte. Elle a donc lancé dernièrement son Club Pampers, une application disponible sous Itunes et sous Android, qui vous permet de cumuler des points à chaque achat, et ainsi d'obtenir au bout d'un moment des réductions substantielles sur vos futurs achats. Ces points peuvent aussi être échangés contre d'autres récompenses (tirages photo, abonnements magazines, coques pour smartphones...).


Là où Pampers marque des points, c'est sur l'enregistrement de ses achats dans l'application, on ne pouvait pas faire plus simple ! Il suffit de prendre en photo votre ticket de caisse, et celui-ci sera validé sous quelques heures. C'est tout ! Chaque euro dépensé vous créditera de points. Le 1er ticket vous apportant directement un bonus de 500 points !


Et pour fêter ce lancement, je vous propose donc en partenariat avec Pampers un petit jeu concours qui vous permettra de gagner :
- Un bon d’achat de 25 € pour le site photobox
- Un abonnement au magazine Famili
- Un paquet de couches Pampers Premium Protection Active Fit (Taille 4 uniquement, mais rassurez-vous vos enfants grandiront et vous en aurez forcément besoin même si c'est dans un an)

Pour jouer, rien de plus simple :
- Téléchargez l'application (sur Itunes ou Android selon votre cas)
- Répondez en commentaire à cette question : Combien de points gagnez-vous pour 1 € d'achat ?
- Vous pouvez liker la page facebook du blog pour doubler vos chances 


Chaque commentaire validé se verra attribué un numéro (dans l'ordre d'apparition tout simplement) et je procèderai ensuite à un tirage au sort. Le concours est ouvert jusqu'au 28 mai 2016 à 23h59.

12/05/2016

Un jour je n'achèterai plus de médicaments… (par Sophie C.)

A partir de 24,90 € sur Amazon.fr

Un jour je n'achèterai plus de médicaments. Voilà pourquoi "55 plantes médicinales dans mon jardin" m'a attirée, moi qui me suis en plus découverte une âme de jardinière depuis que j’ai ma belle terrasse ensoleillée. Les plantes sont devenues mon anti-stress et m’occuper d'elles en rentrant du travail est un moment de tranquillité que j’apprécie profondément.

Je n'ai, pour le moment, que des plantes et fleurs "décoratives" sans vertus particulières, que je trouve simplement très belles. Comme je suis de plus en plus méfiante vis-à-vis des médicaments, ce livre tombait parfaitement bien pour m’aider à me lancer dans mes propres cultures curatives et minimiser mon recours aux pharmacies.


Il faut avouer que le livre est très bien fait. Dès le départ les plantes sont classées par vertus sur le corps et on trouve même un grand tableau récapitulatif des types de sols nécessaires pour chacune.

Par contre, je me rends assez vite compte qu’il y a du vocabulaire de jardin que je ne connais pas du tout… je me mets même à douter de mon niveau en jardinerie au vu de toutes ces expressions que je n’ai jamais entendu. Merci à l’auteure, Virginie Peytavie, d’avoir mis un glossaire bien utile à la fin du bouquin pour aider les lecteurs/lectrices comme moi.

Sur le moment je me sens un peu hésitante sur ma capacité à bien tout comprendre et surtout à être apte d’avoir mes propres plantations médicinales tant il y a d’informations à prendre en compte. Mais une fois passée la 1ère partie sur la culture, on rentre dans le vif sur sujet sur chaque plante et là j’adore.

Chacune est présentée avec toutes les informations nécessaires, quelques photos et un calendrier de culture. J’apprécie la clarté de la présentation et la pertinence des informations !


Je termine ma lecture avec l’envie de tout planter sur ma terrasse mais il faut être réaliste et faire un choix. Alors je vais commencer avec le souci (calendula) et l’arnica, 2 plantes qui seront très utiles pour toute la famille. Hâte de voir ce que ça donne !

Si comme moi vous avez un extérieur, même un petit balcon, et êtes à la recherche de remèdes naturels pour soigner vos maux, n’hésitez pas à vous procurer ce livre qui est une véritable bible dans ce domaine à mes yeux!

Je vous souhaite de très belles journées à jardiner :-)

Sophie CHEVALIER - sophie (at) desperatehouseman.fr

17/03/2016

La gestion de la fièvre chez bébé & le jeune enfant

Cela fait un moment que je voulais faire un article sur ce sujet. Une fois n'est pas coutume, je vous laisserai glaner au gré de vos recherches google des éléments scientifiques sur la fièvre en général, le but étant ici plutôt de vulgariser la chose et vous partager mon expérience sur le sujet.

Pourquoi mon enfant fait-il de la fièvre ?
En général, un enfant (comme un adulte d'ailleurs) fera de la fièvre en réaction à une infection dans la majeure partie des cas. Le principe est au final assez simple à vulgariser : le corps est victime d'une attaque, virale ou bactérienne, et se défends. Le système immunitaire réagit et essaye de détruire ces intrus qui menacent la santé et l'équilibre de l'hôte. Le problème, et souvent chez les enfants, est que ce système immunitaire est encore peu développé et donc vite dépassé. Comparons le par exemple à une équipe de championnat amateur qui affronterait le PSG ou un autre gros calibre de la D1. La comparaison peut se faire avec l'armée, ou avec n'importe quel autre sport je pense. Bref, toujours est-il que le corps, dépassé, décide alors d'augmenter sa température pour détruire ces intrus qui viennent le déranger. La fièvre est donc non pas le résultat direct de l'infection, mais le résultat de la réponse du système immunitaire qui tente d'utiliser cette nouvelle arme. L'augmentation de la température va donc favoriser la destruction des intrus, et le corps, une fois débarrassé de ces derniers, reviendra à une température acceptable. 

Quel est alors l'intérêt au final de faire baisser la fièvre si c'est une réponse du corps qui est pour son bien, ne devrait-on pas la laisser agir ? 
En théorie, si. Et dans la mesure du possible et si les conditions sont réunies, il faut essayer de laisser cette fièvre agir qui a rarement tendance à perdurer plus de 48 heures. Après, d'autres facteurs sont à prendre en compte tels que :
- Une fièvre bien ou mal supportée : un enfant peut avoir 39,5° et être alerte et en pleine forme ou complètement abattu. Ce constat déterminera si il faut ou non faire baisser la fièvre à l'aide d'antipyrétiques.
- Un risque de convulsions : certains enfants à l'approche des 40° ont tendance à convulser, et dans certains cas (je dis bien dans certains cas), ces convulsions (impressionnantes mais rarement graves) peuvent avoir des conséquences neurologiques. Quand c'est le cas, il faudra alors veiller au final à ce que la fièvre ne monte pas trop haut et la traiter dès qu'elle dépasse 38°. La plupart des médecins s'accordent cependant à dire que si l'enfant n'a pas convulsé lors de ses premières grosses fièvres, il ne le fera pas. A l'inverse, un enfant qui convulse risque de le faire de manière récurrente.


A combien peut-on considérer qu'un bébé fait de la fièvre ?
La plupart des médecins s'accordent à dire que, contrairement à un adulte, une température de bébé n'est pas de la température en dessous de 38,5°. Là encore, l'agrément sur le sujet si il est largement partagé, ne doit pas être considéré comme une vérité absolue, dans la mesure où les cas particuliers existent. La température d'un être humain se situe aux alentours de 37°. Mais d'une personne à l'autre elle peut être variable. Ainsi, par exemple, mes filles (est-ce leur moitié polonaise qui les rends à sang froid ?) ont en général une température corporelle plus proche des 36°. Ainsi, à 38,5°, elles sont déjà presque 2,5 ° au dessus de leur température habituelle et on peut donc en convenir qu'il y a une forte chance d'infection. A l'inverses, certains enfants étant à 37,4° par exemple, ne présenteront que peu de signes d'infections à 38,5° (je caricature un peu mais dans l'idée c'est ça).

D'autre part, il ne faut pas oublier qu'un bébé est un peu comme un chauffage mal réglé : le corps a encore du mal à ajuster le thermostat et peut vite augmenter la température même si au final cela n'est pas nécessaire ou pas à ce point là en tout cas. C'est pour cela que contrairement à nous adultes qui grelottons et aurons tendance à nous réfugier sous la couette, les médecins et personnels de santé vous conseilleront de déshabiller votre enfant. A titre personnel, je conseille également de surveiller la redescente pour qu'une fois la température redevenue acceptable l'enfant ne prenne pas froid.

Carnet de santé

Comment mesure-t-on la fièvre ?
La fièvre peut être mesurée à l'aide d'un thermomètre. Personnellement, je suis un peu old shcool et reste convaincu que le meilleur moyen de mesurer la fièvre reste par la voie d'un thermomètre rectal. Même si ce type de thermomètre est en théorie adapté également à une prise sous aisselle (souvent pratiquée dans les crèches) ou orale (pensez à bien le nettoyer si vous changez d'orifice régulièrement hein !).
J'ai cependant eu l'occasion de tester 2 autres types de thermomètres, moins intrusifs (c'est le cas de le dire) et plus faciles d'usage lorsque la température est récurrente et qu'il faut faire des mesures toutes les 6h, voire toutes les 3h.
Le premier fut le thermomètre frontal Predictor (qui mesure également la température de l'eau). Malgré les différents usages et types d'usage que j'ai pu avoir, il s'est tjrs avéré assez inefficace : certes, si l'enfant a vraiment de la fièvre il vous l'affichera mais il sera susceptible de vous afficher une fièvre si il a juste chaud également. Les mesures sont peu fiables et en comparaison lors de mes tests, peuvent afficher jusqu'à 1 degré de différence avec une prise rectacle ! Bref, il est rangé dans mon placard et me serre plus à amuser les filles qu'autre chose.
Le second fut le ThermoScan de Braun. Il s'agit d'une prise de température auriculaire (dans l'oreille donc, donc moins invasive et surtout très usitée en hôpital (testée à maintes reprises aux urgences). Ma pédiatre utilise ce mode de prise de température d'ailleurs. Tout comme de nombreux médecins. Bref, chaque appareil ne se valant pas, et ma fille étant très vite retombée malade (merci la crèche), j'ai pu testé ce modèle rapidement. Tout en faisant quelques prises rectales (sinon ce n'est pas une véritable comparaison hein :-). Et globalement, j'ai été agréablement surpris car le thermomètre a matché à presque tous les coups. Ma réserve reste sur les températures hautes (2 jours à plus de 40°) où on va dire que la précision s'est un peu émoussé. Mais au final, on s'en fout un peu, vu que au dessus de 40° on sait qu'elle a de la fièvre hein ! :-)

Après 2 jours à 40°, mon enfant est descendu à 35,5° (variation posible de + ou - 0,2), dois-je m'inquiéter ?
Non, c'est en général une réaction normale et loin d'être systématique. Néanmoins, et dans de très rares cas, si celle-ci persiste, elle peut être le témoignage d'une infection. Il vous faudra alors consulter. Là encore, et tout comme pour une température élevée, le comportement de bébé sera le 1er signe pour savoir si il faut ou non s'inquiéter.

Peut-on déterminer l'origine de la fièvre de manière systématique ?
La fièvre reste dans la plupart des cas le témoignage d'une infection, qu'elle soit virale, bactérienne, fongique, parasitaire... Déterminer son origine sera possible mais seulement par un professionnel de santé (médecin généraliste, pédiatre, spécialiste...) et parfois après des examens complémentaires. Dans tous les cas, et malgré la peur qu'elle inspire, la fièvre reste avant tout une réponse de notre système immunitaire et disparaitra dès que le corps aura repris le dessus.

25/02/2016

La qualité de l’air chez moi (et chez vous ;-) par Sophie C.

Il fut un temps, pas si lointain, où je me pensais à l’abri de la pollution une fois passée la porte de chez moi. Mon appartement bien douillet et cosy était aéré comme il est recommandé quotidiennement (10 min en début de matinée, je suis une élève appliquée) mais toujours avec cette sensation que je faisais rentrer cette fichue pollution quand j’ouvrais mes fenêtres.

Grave erreur ! Puisque TOUT ce qui compose mon appartement, des peintures en passant les composants des meubles, sols etc. contient déjà des polluants favorisant les allergies et autres maladies respiratoires plus graves. L’air intérieur est 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur !

Mon mari, ma fille et moi-même étant des asthmatiques et/ou allergiques j’ai commencé à chercher une solution (oui je suis très optimiste) pour avoir un air sain chez moi.

En sachant que la majorité des français passe en moyenne 90% de son temps journalier en intérieur, j’ai réalisé qu’il y avait là non pas seulement un problème personnel mais qui nous concerne tous.
Et oui, même celui qui n’a aucun problème allergique ou respiratoire peut un jour développer un cancer à cause de particules fines respirées dans son propre chez lui…je sais, c’est très gai.

A ce jour il y a donc une « solution » proposée sur le marché : le purificateur d’air. Cette machine est conçue pour filtrer l’air de votre logement et retenir les polluants.

Rowenta air

Le gabarit de l’appareil dépend du modèle que vous choisissez : celui en photo est un Rowenta, de la marque SEB, fait pour une superficie de 80 mètres carrés.

Comment ça marche ? C’est très simple, vous choisissez le niveau d’intensité, un peu comme sur un ventilateur, il y a même un mode nuit plus discret, personnellement j’alterne entre « auto » et « nuit ».
Il est conseillé de le mettre en route quand vous êtes chez vous. Exactement comme le ventilateur, ça ne sert à rien de le laisser allumer en votre absence.

Tant que le voyant est bleu, vous pouvez sauter de joie (ou presque) votre air est sain. S’il passe à violet, il est un peu pollué et s’il passe à rouge il est très pollué.Autant vous dire que je vais généralement me coucher assez contrariée quand le voyant est rouge. Lorsque le purificateur détecte de la pollution il va automatiquement adapter sa ventilation pour assainir l’air.

Rowenta


Le purificateur d’air est un investissement pour la santé et je recommande sincèrement à toutes les personnes qui font des travaux chez elles ou même simplement les peintures d’en avoir un, même ponctuellement, afin de filtrer tous les polluants. Il y va de votre santé et de celle de vos enfants (pour ceux qui en ont ;)

Sur ce, je vous souhaite quand même une excellente journée !

Sophie CHEVALIER - sophie (at) desperatehouseman.fr

13/01/2016

A la découverte du centre commercial Qwartz : un espace kids friendly et adapté aux jeunes parents (par Sophie C.)

Qwartz play - Espace enfants

Habitante de Courbevoie, ma référence en matière de centre commercial, c’est celui des 4 Temps. Le très grand centre commercial de la Défense. Je le connais par cœur à force de l'avoir arpenté en long, en large et en travers :-)

Il était donc temps de changer un peu d'horizon. Etant passsée un jour devant le centre commercial Qwartz, situé à Villeneuve-La-Garenne, sa taille impressionnante m’a interpellée. Difficile de rivaliser avec les 4 Temps en matière de taille en général : partout où je vais, je les trouve toujours plus petits ! :-). Mais cette fois-ci, je fus intriguée. Et cela tombait bien car j'avais envie de nouveautés, et de fuir un peu la foule des 4 temps qui ne semble jamais diminuer. C'était bientôt Noël et j’adore les magasins à cette période. Il ne m'en fallait pas plus pour me lancer à la découverte de ce second géant.

Premier bon point à souligner : le parking est gratuit ! Comment ça c’est normal ? Oui pour la majorité des gens dont je faisais partie AVANT (avant de vivre en région parisienne et de sortir ma CB dès que je mets un pied dehors) ; mais pour ceux qui connaissent les centres commerciaux de Paris et banlieue, ils savent que la plupart ont un parking payant. Et oui, ça ne suffit pas de consommer dans le centre en plus il faut payer le parking, sinon ça ne serait pas drôle.

Ravie d’avoir pu me garer gratos, je pars sereine arpenter les allées du centre Qwartz. Les anglais s’exportent donc hors Paris Intra-muros, c’est bon à savoir !

Très vite je découvre un endroit pour s’asseoir qui semble bien confortable…

Qwartz

…et un panneau que je ne connais pas (ou tellement peu que j’ai oublié qu’il existait !)

Qwartz espace bébé

Un endroit destiné uniquement aux parents pour s’occuper de bébé tranquillement installés ! Là je suis enjouée, quelle excellente idée ! Mais pourquoi n’y a-t-il pas ça partout ? Ça semble à la fois tellement logique et pourtant tellement rare...

Je continue ma visite en découvrant des endroits ici et là permettant aux enfants de s’amuser : un espace garderie pour faire ses courses en toute tranquillité où le Père Noël s’était confortablement installé pour le plus grand plaisir des petits, des "airs" de jeux connectés un peu partout dans le centre pour que les enfants aussi passent un bon moment. Tout est mis en place pour que TOUTE la famille aime aller faire les courses.

Qwartz intérieur

Au détour d’un escalator je tombe sur une petite pépite !

Qwartz biberon

Un coin isolé, au calme pour allaiter en toute intimité ! Quelle délicate attention qui ravira les mamans pudiques ou voulant simplement s'accorder un moment maman-bébé en toute tranquillité. Cette réelle prise en compte de la parentalité m’a sincèrement touchée.

Je suis repartie de chez Qwartz plutôt satisfaite de leur approche kids friendly : là où beaucoup de centres commerciaux n'ont pas su évoluer avec la parentalité, Qwartz a su s'adapter à la modernité parentale de notre monde actuel. Une raison de plus pour y retourner très vite !

Qwartz, défis

Vous aussi vous voulez passer un agréable moment chez QWARTZ ?
Alors c'est au
4, Boulevard Gallieni
92 390 Villeneuve-la-Garenne
Parking gratuit de 3 000 places.

Plus d'informations sur www.qwartz-92.com

04/01/2016

1 an de congé parental : difficultés et satisfactions

Cela fait déjà près de 3 mois que j'ai repris le chemin du travail. Cette reprise a mis fin à une période inédite dans ma vie et qui se se reproduira pas (à priori) : celle de mon congé parental. Je me devais donc de faire un article sur le sujet, pour évoquer, non pas un bilan car le sujet ne s'y prête pas, mais plutôt établir un état des lieux des difficultés et des satisfactions que j'en ai tirés. En espérant que ces éléments aideront d'autres parents, et notamment d'autres papas, à faire leur choix.

Les satisfactions :
Une fois n'est pas coutume, commençons par le positif. Car oui, malgré le fait que je me suis beaucoup, beaucoup plains pendant un an, j'en ai tiré des satisfactions, c'est incontestable.
La première satisfaction a été celle de pouvoir veiller au bien-être de mes enfants. De par ce concept montant, j'entends ne pas leur imposer un rythme de fou, que notre vie actuelle nous impose à nous, parents, et par répercussion, à nos enfants. Lorsque j'ai commencé mon congé parental en octobre 2014, ma grande venait juste de faire son entrée à l'école maternelle, tandis que ma petite fêtait ses 4 mois. 

Je n'ai ainsi pas eu à courir tous les matins, à speeder l'une ou l'autre de mes filles. J'ai pu répondre du mieux possible à leurs besoins physiologiques, psychologiques et matériels. Ainsi, par exemple, pour sa première année d'école, ma grande n'a jamais connu les centres de loisirs, la garderie le soir, ou encore les nouvelles activités post scolaires. Autant d'éléments qui lui ont permis d'être reposée, plus attentive, et plus "heureuse" dans sa vie de tous les jours (attention je ne dis pas que le contraire rend malheureux, chaque enfant est différent, j'aborde bien ici un cas particulier). Pour ma petite, cela m'a permis de continuer la nourrir au lait maternel plus longtemps. J'ai aussi pu procéder moi-même à sa diversification alimentaire, cuisinant chaque jour avec des produits frais et du marché. Variant les plaisirs au gré des saisons. J'ai pu voir son évolution psychomotrice au quotidien, la stimuler si nécessaire, la sortir régulièrement dès que le temps le permettait. J'ai pu leur offrir une mise au vert régulière, profitant de chaque vacances scolaires pour partir avec elles. Aucune soirée ne fut véritablement stressante à cause des échéances du lendemain.

J'ai pu aussi de mon coté en tirer une satisfaction personnelle. J'ai été invité à participer à de nombreuses interviews en tant que (trop) rare père en congé parental (France 2, Les maternelles, Psychologie Magazine, Sur Radio, Biba...), ce qui m'a permis, au final, de faire un bilan sur moi-même, mes compétences et mes envies. J'ai pu monter mon association avec une amie. J'ai pu avoir un quotidien différent, et me construire une vie sociale de proximité, de quartier, ce qui est parfois difficile en ville et dans notre monde toujours plus en mouvement. Je n'ai jamais discuté et échangé avec autant de voisins, de parents, de personnes... de mon quartier. Parce que j'avais le temps de discuter, de prendre des nouvelles, d'écouter.

Into the sky of Poland...

Les difficultés :
Après, bien sûr, il y a les difficultés, qui sont aussi, à leurs manières, des échecs personnels. La principale difficulté fut le sommeil : le choix de garder ma petite fut au final chèrement payé. Une enfant en relativement bonne santé, mais sans autre rythme que les repas, qui dormait peu voire mal, sans que je n'ai pu au final y faire grand chose. J'ai eu beau faire ce choix, mettre en place la plupart des conseils reçus, tenter de m'adapter, il n'y a rien eu à faire : j'ai engendré une seconde fille au sommeil compliqué. Et au final, on a beau se dire que c'est comme ça, on culpabilise toujours un peu en se disant que c'est de sa faute... :-/

Ce manque de sommeil a bien entendu eu des répercussions sur mon quotidien : je devais rattraper mon sommeil en journée sous peine de devenir fou (car dans ces cas là le conjoint ne prends pas le relais). J'ai donc eu moins de temps pour mes projets personnels que je m'étais pourtant promis d'accomplir pendant cette période. Et je suis ressorti frustré au final de ne pas avoir pu faire certaines choses que je m'étais pourtant promis d’exécuter. 

Le choix financier, même si je ne m'attarderai pas dessus plus d'une ligne, reste aussi problématique : le sacrifice est réel et ressenti, c'est pourquoi tous les paramètres (et les économies !) doivent être pris en compte avant de se lancer dans l'aventure.

Enfin il y a le regard des autres et la solitude. Car parce que vous êtes à la maison, vous ne "faites rien" vous avez le temps. Les tâches ménagères sont votre quotidien et vous relayer ne devient plus nécessaire, car vous n'avez "que ça à faire". Les choses sont vite acquises et les changer devient mission impossible. Peu de gens comprennent votre choix : certains vous admirent, d'autres vous plaignent, mais d'aucun ne mesurent (à moins de l'avoir vécu personnellement) ce que vous vivez. La qualification de "congé" parental ne m'a jamais paru aussi absurde : personne n'appellerait un travail "congé" lorsque celui-ci vous tient occupé 24/24, 7j/7, sans pause régulière ou respectée. Bref, de ce coté là, retrouver un travail et une vie sociale fut salutaire. J'ai surement échoué là encore à ne pas m'être assez épanoui avec mes filles : j'aurais du plus bouger, plus sortir, plus découvrir avec elle. Je ne l'ai pas fait, me contentant de mon rythme quotidien et évitant de le briser. Un choix mal assumé de ma part par moments, admirant ces (mamans) parents qui dans la même situation semblent réussir à faire 10x plus de choses.

Ces petites choses qui ont facilité mon quotidien...
Lorsque l'on est dans un tel quotidien, force est de constater que certaines choses que l'ont pensait anecdotiques ou désuètes s'avèrent au final, salutaires et indispensables. Parmi celles-ci, et en ce qui me concerne, le Transat Balance de chez Babybjörn qui ma sauvé plus d'une fois la mise : pour l'endormir, pour la poser, pour la bercer, pour la re-poser lorsque j'allais quelque part (plié il ne prends pas plus de place qu'une grande feuille de papier et tient rudement bien accroché sur la poussette)... Bref, ce transat fut MON objet sauveur d'une partie de mon quotidien. Si vous vous apprêtez à prendre un congé parental, investissez !

Les petits pots de chez Philips AVENT ont constitué un 2ème objet indispensable de mon quotidien. En résumé, ces petits pots m'ont servi (et servent encore) à TOUT ! De la conservation du lait maternel, aux compotes embarquées pour la grande, en passant par les purées maisons mixées et congelés, les céréales, les restes... je m'en suis servi tous les jours de mon congé parental pendant un an. C'est vous dire leur utilité incontournable.

Les portes bébés furent aussi les outils indispensables de ce quotidien rythmé par de multiples sorties quotidiennes : courses, pédiatre, école... Jonglant entre le physio et le non physio, selon le temps, l'envie de bébé ou la mienne, j'ai alterné régulièrement entre le Manduca et le Porte-Bébé Miracle de chez Babybjörn. Là encore, que de temps précieux gagné ! Un luxe nécessaire quand on en manque le reste du... temps ! :-) Et pour les jours de pluie, froid, ou simplement de flemme, et notamment lorsque j'avais les 2, j'ai investi dans une planche planche à roulettes Buggyboard Maxi, qui, fixée à la poussette, me sert toujours pour ma grande, et encore plus depuis la reprise du travail (la course matinale m'en est bien facilitée, l'école étant à l'opposée de la crèche).

Enfin, la dernière chose et pas des moindres qui m'a aidée dans ce quotidien, ce sont tous ces gens, ces copines du virtuel devenues réelles et qui m'ont remonté le moral quand j'en avais besoin, sont venues manger avec moi pour que je me sente moins seul certains jours, ont su m'apporter un soutien moral incontestable lorsque le mien était au plus bas. J'en oublierai surement mais encore merci pour votre présence, vos mots de réconfort et votre soutien, mes chères Amélie, Karine, Laëtitia (lapetitelati), Claire, Elise, Vanessa, Hubert (tiens, un mec :-), Evelyne, Julie, Angela.... Sans oublier ceux et celles que je n'ai pu voir IRL mais qui ont su être présent(e)s virtuellement :-)

Billets antérieurs