06/11/2017

La plus petite couche du monde pour les grands prématurés

J'ai eu la chance que mes 2 filles naissent à terme, en bonne santé et et que tout se passe bien. Néanmoins, même si je n'ai pas été directement concerné par le sujet, beaucoup de proches dans mon entourage l'ont été. La prématurité est un sujet sensible et qui nécessite que nous nous mobilisions pour lui.

La prématurité se définit par toute naissance qui survient avant 37 semaines d’aménorrhée, soit 35 semaines de grossesse. Au sein de cette prématurité globale, il faut distinguer :
- une prématurité moyenne (de 33 SA à 36 SA+ 6 jours) : 85% des naissances prématurées
- une grande prématurité (28 à 32 SA + 6 jours) : 10% des naissances prématurées
- et une très grande prématurité (24 à 28 SA) : 5% des naissances prématurées

 
Pour ce dernier cas de figure, une des grandes difficulté est de trouver des couches adaptées à bébé. C'est pourquoi Pampers et SOS Préma se sont associés pour créer la plus petite couche du monde. Cette couche a été développée spécialement pour ces touts-petits bébés de moins de 800 grammes afin qu’elle soit intégrée dans les soins qui  favorisent un meilleur développement des prématurés et réduit de facto la durée de leur hospitalisation.

Pour vous donner une idée, j'en ai fait une petite vidéo ci-dessous, dans laquelle vous pourrez voir le rapport de taille avec ma main.


Il faut savoir également que SOS Préma ne reçoit que très peu d'aides publiques. L’association fonctionne à 70% grâce à ses partenaires forts, dont Pampers depuis 12 ans. Les 30% restants sont couverts par les dons. Si vous souhaitez contribuer, vous pouvez le faire ici.

Pampers de son coté s’est engagé à reverser la totalité des bénéfices des ventes issues de cette couche à SOS Préma.

Retrouvez d’autres informations sur le sujet sur les réseaux sociaux grâce au hashtag : #LaPlusPetiteCoucheDuMonde
 

27/10/2017

Le casse-tête des chaussures enfant jamais à la bonne taille

Lorsque l’on devient parent, une de premières choses que notre portefeuille apprends, c’est que les vêtements ne durent pas longtemps, car soit ils sont vite abîmés, soit ils sont vite trop petit. 

A l’heure du digital on ne peut pas dire que cela soit un réel problème : les sites de vente en ligne regorgent de bonnes affaires, sans oublier ceux de revente tels que Little Panda. Le bon coin ou les brocantes annuelles restent aussi des alternatives très intéressantes, sans oublier nos proches, premiers fournisseurs de nos chers bambins.

Par contre, quand on parle habillage, un élément sort du lot et présente un casse-tête un peu plus complexe : il s’agit de celui des chaussures. Je m’explique : autant il est facile de se dépanner par un t-shirt trop petit, un pull trop grand ou un pantalon troué, autant pour les chaussures, c’est peine perdu. L’apprentissage de la marche nécessite des chaussures solides, à la taille exacte (il est d’ailleurs fortement conseillé d’acheter leurs premières chaussures uniquement en magasin de manière à être sûr à 100 % de la taille choisie) et bien renforcées pour éviter que la cheville, encore peu assurée, ne vrille. Les marques préconisées telles que babybotte sont top mais souvent à des prix peu abordables. 


Quand les enfants grandissent et une fois que leur marche est un peu plus assurée, le moyen le plus économique que j’ai trouvé pour allier le meilleur rapport qualité/prix, c’est  d’anticiper d’une taille en faisant une razia sur les principaux sites de vente privée tel que Showroomprivé notamment.

Le problème c’est que ce système a ses limites : peu ou pas de choix de marques, veille nécessaire pour ne pas rater « les bonnes affaires », impossible d’acheter en urgence (comme lorsque ma fille revient avec ses baskets trouées et que je ne peux décemment pas la renvoyer à la crèche ainsi)…

Bref, je fonctionnais ainsi jusqu’à ce que je découvre il y a peu de temps le site Pisamonas, magasin de chaussures enfant, qui propose un large choix de chaussures enfants et adultes (du 13 au 41) à un prix très abordable.  

Créé à Madrid en 2012, Pisamonas est d’abord un fabricant de chaussures pour enfants convaincu de  la nécessité d’allier design et qualité du chaussant pour séduire les parents. Toutes les chaussures sont ainsi fabriquées en Espagne par des experts.


Mais Pisamonas est aussi un commerçant aux petits soins avec des parents qui n’ont que peu de temps à consacrer à la recherche de nouvelles chaussures pour enfants. Pisamonas met ainsi à disposition des parents un service client soigné par email, téléphone, chat et même Facebook. Mieux, les livraisons, les échanges et les retours sont gratuits, ce qui est assez rare dans le secteur pour le souligner. A titre de comparaison, un retour sur Showroomprivé me coûte 2,99 euros.

Simple et ludique, le site internet offre une gamme diversifiée de modèles, des mocassins en passant par les baskets, les chaussures anglaises, les chaussons, les bottes, les ballerines… 

A titre d’exemple, je viens de prendre ces baskets fille nike en 26 (affichées à 37,95 €) pour ma petite et j’en suis très satisfait.

Et vous quels sont vos bons plans pour choisir les chaussures de vos enfants, mais surtout connaissiez-vous ce site ?

Article écrit en collaboration avec Pisamonas

25/09/2017

Découvrez Little Panda et (r)habillez vos enfants à moindre coût !

Connaissez-vous le site Little Panda ? Le principe est simple : ils vous proposent de reprendre les vêtements pour enfants devenus trop petits pour les proposer à d'autres parents via leur boutique en ligne et/ou leur showroom à Paris.

Little Panda met donc l'économie circulaire à votre service. Les vêtements proposés sont bien sûr en excellent état, ou rapiécés avec un petit panda ce qui leur donne un coté rétro/vintage bien sympathique et assez moderne. Le tout vous incite donc à engager votre éco-responsabilité :-)

Car oui, les enfants grandissent, mais pas leurs vêtements ! En tant que parent, nous avons tous fait l'expérience de ce joli petit haut (pull, sweat...) porté 2/3 fois puis devenu trop petit. Et pour peu que la fratrie/sororité ne soit pas de la même saisonnalité, on se dit que ce fut beaucoup d'argent dépensé pour peu d'usages. Mais on ne pense pas également forcément à l'impact sur l'environnement...

C’est donc bien là le second objectif de Little Panda : donner une 2ème vie au maximum de vêtements en vous proposant une offre économique mais surtout éco-responsable. Car en favorisant le réemploi, vous participez à réduire la production de vêtements neufs et ainsi à protéger la planète.

La solution est simple : faciliter la vente, pour les parents ayant des vêtements devenus trop petits, mais aussi l’achat, avec un joli site fonctionnel. L'offre a connu un énorme succès dès son lancement début 2017 avec près de 1 000 vêtements sauvés, grâce à la qualité et aux prix proposés, 60 à 70% moins chers que le neuf.

https://fr.ulule.com/little-panda/

De plus, pour les parents qui préfèrent encore l'essayage IRL à celui en ligne, Little Panda propose désormais ses vêtements au sein d'une boutique éphémère dans le 17ème arrondissement de Paris. Avec l'ouverture de ce point de vente physique, Little Panda souhaite répondre à ce type de demande  particulièrement adaptée au secteur du vêtement. Au programme régulièrement : ateliers, ventes privées et évènements autour des thèmes de l’enfance, de la consommation durable et du réemploi.

Mais Little Panda est encore une jeune pousse qui doit grandir et se faire connaître. Beaucoup de parents sont notamment fans du concept mais ne trouvent pas encore leur bonheur sur le site. D’où l'idée de lancer une campagne de crowdfunding basée sur des précommandes. Le principe : Little Panda vous demande ce dont vous avez besoin, puis va le trouver auprès d’autres parents :) Pour participer, c’est ici, avant le 14 octobre !

Et en bonus : un email vous sera envoyé à la fin de la campagne, pour savoir ce que vous souhaitez recevoir, indiquez "PS : desperatehouseman" à la fin du mail pour gagner un cadeau spécial 😉

08/09/2017

Cars 3, un film féministe et engagé à montrer à TOUS les enfants !

J'ai eu l'occasion de voir en avant première le film "Cars 3" avec ma grande de 6 ans. Pour tout vous avouer, je n'avais vu aucun des épisodes précédents. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu ! Cars 3 sort du lot et est un film à montrer à tous les enfants, garçons et filles ! Je l'ai trouvé féministe et engagé, tranchant avec beaucoup de films Disney plus clichés. Il est drôle et attachant, et le public ne s'y est pas trompé !

Avec près de 2,5 millions d'entrées au cinéma en France cet été, Flash McQueen a prouvé une fois de plus qu'il en avait sous le capot. Son arrivée prévue en vidéo en fin d'année devrait également faire du bruit et relancer la franchise un peu plus (comme si elle en avait besoin :-).

Disponible en avant-première digitale dès le 30 novembre, en Blu-ray, Blu-ray 3D et DVD dès le 2 décembre, puis en vidéo à la demande dès le 13 décembre, CARS 3 a été réalisé par Brian Fee, qui connaît très bien cet univers puisqu'il occupait auparavant les fonctions de storyboarder sur CARS QUATRE ROUES et CARS 2.


Côté voix françaises, c'est Guillaume Canet qui prête à nouveau sa voix à Flash McQueen, le bolide rouge mondialement célèbre. Pour la voix de Martin la dépanneuse, son fidèle ami, Gilles Lellouche, a mis tous ses talents au service de cet allié certes gaffeur mais adorable. 

Nouvelle venue dans l'aventure, Alice Pol est la voix de la charmante Cruz Ramirez, qui rêve de courses automobiles et fait preuve d'une admiration sans borne pour Flash McQueen... Enfin, c'est l'indomptable Nicolas Duvauchelle qui fait rugir le moteur de Jackson Storm, l'arrogante nouvelle star des circuits qui appartient à la toute dernière génération ultrasophistiquée de bolides.

Cars 3 est un concentré d'action et de bonne humeur qui plaira à toute la famille : à titre personnel je n'ai pas vu le temps passé! Ma fille de 6 ans a adoré et nous avons à présent toute une collection de voitures Cars à la maison. Quant à elle, pour le moment, elle ne rêve plus que d'une chose : conduire et vite ! Allez, plus que 10 ans avant la conduite accompagnée :-)

04/07/2017

Des thermes Kids Friendly, ça vous dit ?

C’est ce que propose le B’O Resort, un centre thermal et de bien-être est situé à Bagnoles de l’Orne, soit à 2h45 de Paris, en plein cœur de la Normandie. Ce lieu bourré de charme promet une belle parenthèse ressourçante au vert en couple ou en famille


Oui en famille, vous avez bien lu ! Vous ne vous imaginez pas avec vos marmots essayant de vous détendre au SPA ? Et bien pourtant, c’est possible ! L’établissement met une animatrice à disposition des parents pour s’occuper de leurs enfants le temps de leurs soins… Bénéficier des thermes et du spa tout en passant un week-end avec vos enfants, le bonheur intégral :-)


Et dans cet établissement il y a une personne dont j’aimerais vous parler : Coralie une des esthéticiennes. Si je tiens à la mentionner c’est pour son toucher qui vous procurera une détente maximale. Je suis une adepte des massages et je suis donc devenue assez "difficile" à satisfaire : une masseuse a le truc ou ne l’a pas ! Je ne parle pas là de technique mais de ressenti, du feeling qu’elle a au bout des doigts et Coralie l’a(vait) pour mon plus grand bonheur hier... Elle vous chouchoutera avec la gamme de soins B’O Resort, à base de pommes ou de chlorophylle fabriquée en France.


N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site internet de ces thermes : www.bo-resort.com Vous trouverez votre bonheur avec une carte de soins très variée et des prix vraiment corrects ! ET en ce moment il y a des prix cassés chez showroomprivé pour une vente exclusive :-)
sophie (at) desperatehouseman.fr

27/04/2017

Des hommes sans femmes

Frédéric est papa de 2 filles. Il vous parle régulièrement sur le blog de ses dernières lectures...

De Haruki Murakami, éd. Belfond

Haruki Murakami, l’écrivain marathonien, à la renommée mondiale, revient après neuf ans à la forme courte dans ce recueil de nouvelles qui lui ressemblent très exactement. On retrouve dans le premier récit « Drive my  car » cette solitude charmante et dérangeante des hommes qui n’ont pas de femme, des hommes qui n’ont plus de femme. Le premier s’appelle Kafuku, il demande à Ooba, » le propriétaire du garage où il faisait réviser sa voiture, de lui trouver un chauffeur professionnel » ; il en a besoin pour pouvoir répéter avant ses spectacles. Le chauffeur qu’on lui présente est une femme, Misaki Watari. C’est une excellente conductrice, originaire des montagnes de Hokkaido. En le menant sur ses lieux de représentation, Misaki va aussi ramener Kafuku le veuf à son passé d’homme marié. Il y a de ces véhicules dans l’œuvre dont les destinations ne sont pas toujours visibles, enfouies comme un trésor douloureux… 


Dans la nouvelle Yesterday, le narrateur Tanimura se souvient de son ami Kitaru, un peu en marge des autres. Il était le seul à chanter Yesterday des Beatles dans son dialecte du Kansai, le seul avec qui il pouvait parler des heures durant à travers une porte coulissante alors même qu’il était confortablement installé dans son bain. Cette amitié étrange et fascinante d’une jeunesse japonaise trouve son acmé dans une proposition indécente : Kitaru propose à Tanimura de sortir avec sa petite amie…  Les sept nouvelles du recueil évoquent ces unions imparfaites, ces destinées amoureuses frappées des accidents des sentiments, ces tournants dont on se souvient et qui laissent des années après le goût amer de ce qui aurait pu être mais de ce qui n’a pas été. Le style de Murakami envoûte avec peu, le banal des vies et le lointain de l’Extrême-Orient. Parce qu’il touche simplement à l’universel des êtres jusqu’à la chute. Il ne faudrait d’ailleurs pas employer ce terme chez Murakami. Disons que son dénouement est plutôt une vague qui se brise ou un soleil qui se couche.

frederic (at) desperatehouseman.fr

Billets antérieurs