17/02/2014

Dans le second, c'est le premier le plus compliqué...

Pour ceux qui me suivent sur twitter ou ailleurs, vous le savez : en juin prochain (si tout va bien), je vais avoir une autre petite fille, une petite sœur à "offrir" pour ses 3 ans à ma little V.

Mais ne vous fiez pas aux apparences : le terme cadeau est galvaudé. Pour nous, c'est le retour aux nuits pourries, aux vaccins, aux séances pédiatres, en repassant par les cases pleurs incessants, fatigue intense, journées pourries... Bref, ma vision est très positive comme vous le voyez :-)

Cependant,il y a une chose qui va changer : on sait, on l'a déjà fait, et même si chaque enfant est différent, il y a quand même des récurrences, ce qui fait qu'on sait à peu près ce qui nous attends.

Sauf que pour elle, ma première, ce n'est pas le cas. Elle, c'est notre princesse depuis bientôt 3 ans, habituée à ce qu'on cède à tous ses caprices, à ce que ses parents s’occupent d'elle et uniquement d'elle. A ce qu'elle soit chouchoutée par sa grand mère, en tant que 1ère petite fille. Donc là, forcément, elle connait pas. Elle n'est pas préparée.

Alors bien sûr, dès qu'on a su et que le gynéco a confirmé à la première écho, on a commencé à lui en parler. De l'avis des auxiliaires puéricultrices de la crèche, elle savait déjà (ah bon, ma fille est médium ?). Même si on avait été très, très prudents de manière à ne jamais en parler devant elle. Ne rien laisser transparaitre, ne pas projeter....

Bref, quand le jour J fut venu, on lui a dit. Tous les 2, avec nos mots à nous, avec ses mots à elle, dans les 2 langues.

Plant de tomate

Au début, je ne vous le cacherai pas, je n'ai pas remarqué de changement notable. Elle était elle, cette petite fille de 2 ans et des bananes, qui jouait, découvrait la vie, grandissait, progressait...

Et puis, petit à petit, des détails sont apparus, infimes, minimes, mais bien là. Prenant petit à petit de l'ampleur, et modifiant le schéma. 

J'avais pourtant pris soin de lui acheter tous les livres sur le sujet : bébé arrive, petite soeur trucmuche.... J'ai lu les histoires, lu et relu. Mais les détails sont restés.

Quels sont-ils me direz-vous ? Rien que du très classique : crises d'exigences, caprices, gestes de taper l'adulte qui fait autorité, refus de certaines choses, discussions incessantes pour d'autres, tests en tout genre pour mesurer nos limites... 

La question reste cependant légitime : est-ce le ressenti de l'arrivée de la petite sœur qui fait ça, ou est-ce simplement l'usuel "terrible two" ?

Personnellement, je pencherais pour un mélange des 2. 

Petite table et petites chaises

Au début, j'ai essayé d'expliquer, passé beaucoup de temps pour ne pas crier, craquer, lui laisser le temps d'arriver à ce que je voulais. Mais petit à petit, je me suis aperçu que ce n'était pas possible qu'à un moment il allait falloir sévir. Même si ça ne me plaisait pas, et si ça risquait aussi, forcément, de ne pas lui plaire.

Alors, un jour, il n'y pas si longtemps, j'ai posé les règles du jeu. Je l'ai prise entre 4 yeux et je lui ai signifié que chacune de mes demandes ne serait effectuée que 3 fois, gentiment, posément. La 4ème serait celle de trop et j'imposerai. Sans discussion.

Je m'y astreins. C'est dur. J'essaye de ne pas crier mais je suis très ferme. Trop parfois et mon coeur se serre lorsque ses larmes coulent et ses sanglots se font plus forts. Mais je ne veux pas céder. Car si c'est difficile maintenant, si je laisse ses usages s'installer, j'ai peur que ce soit pire plus tard, dans quelques mois. 

Alors je continue. Entre fermeté et pédagogie. Je ne sais pas ce que ça vaut, si c'est bien, si ça portera ses fruits. J'espère juste, que quand sa petite soeur sera là, elle deviendra la grande soeur que je la prépare à être. Car on l'oublie trop souvent, mais dans le second, souvent, c'est le premier le plus compliqué.

9 commentaires:

  1. Complètement vrai. C'est pas le second le plus dur, c'est le premier... On a tendance à leur en mettre beaucoup sur les épaules aussi, inconsciemment. On a eu notre numéro 2 quand numéro 1 avait à peine 2 ans. Et notre numéro 3 alors que numéro 2 vient d'avoir 2 ans.
    Et je suis, nous sommes, si différents. Je comprends mes écueils. D'avoir voulu que ma grande soit grande soeur, si vite. De l'avoir saoulée avec l'arrivée de son "petit frère" tout le temps. De m'être dit qu'elle était grande, finalement.

    Alors que non. Maintenant, on se dit plus qu'on a une grande, un moyen et une toute petite. Une grande soeur, un moyen frère, une petite soeur. En fait, on se dit juste qu'on a 3 petits ;)

    Tout ira bien, vous trouverez votre équilibre et elle sa place. Entre fermeté, pédagogie... La douceur et la communication, tout ce que tu lui donnes déjà si bien et qui transpire dans ton billet ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce gentil et encourageant commentaire :-)

      Supprimer
  2. BIEN VU!! je suis totalement d'accord enfin chez nous aussi ce fut le cas ;) le premier a testé, tapé du pied, crié, à nous faire passer les premiers mois (qui ont suivi la naissance de louise) assez terribles mais on s'en est sorti hein ;)
    je pense que tu fais bien de ne pas céder et de la préparer ainsi à l'arrivée de sa soeur (ici nous l'avons peut être pas assez fait!)
    Mais, de mon côté, je me suis aussi rendue compte que c'était aussi ma propre vision de lui qui était erronée, j'ai voulu lui donner de l'importance et des responsabilités, je le considérais presque trop comme un "grand" et lui demandais certainement trop pour son âge ;)
    Bref rien n'est simple (sinon ça se saurait ;)) alors bon courage ;) bisous!

    RépondreSupprimer
  3. quelle phrase finale... j'admire les parents de plusieurs enfants... notamment des rapprochés pour justement aller au delà de l'incompréhension du premier... je ne me sens absolument pas capable de retrouver des nuits pourries et le reste... et de l'autre, zut, ne vivre cela qu'une fois... en tout cas, vu ce que tu décris tu sembles etre sur le bon chemin! courage!

    RépondreSupprimer
  4. Restes zen tout ira bien (de ce que je peux voir et lire tu es un super papa ;)

    RépondreSupprimer
  5. hello,
    les deux ensemble tu verras c'est l'enfer, ha ha ha, enfin ça tu auras le loisir de le découvrir !
    De mon expérience (ma fille avait 3 ans au moment de la naissance, donc écart similaire pour vous), j'ai opté pour ne pas trop la souler avec le sujet. Le changement ça se voyait physiquement et de fait, elle s'y attendait et cela accaparait déjà pas mal de conversations. Donc j'y allais mollo sur la préparation. On a aussi préparé des cadeaux mutuels pour la naissance. C'est plutôt après le plus dur, de savoir lui réserver, et faire de même avec le dernier, des moments privilégiés en solo avec chacun d'eux. Don't worry, la crise a vraiment duré 15 jours puis plus rien (enfin rien qui ressemblait à de la crise excessive), c'est juste deux enfants qui grandissent ensemble, c'est physique mais chouette ! et félicitations !

    RépondreSupprimer
  6. Je ne te parle pas par expériences comme tu le sais. Mais je ne doute en aucun cas de tes qualités de super papa ! Ne te poses pas trop de question, si tu lui explique les choses clairement au fur et à mesure elle va les intégrer. Profites de ces beaux moments de la vie ;)

    RépondreSupprimer
  7. je te recommande de lui offrir "grande soeur petite soeur" !

    RépondreSupprimer

Billets antérieurs